• Logo Gay'Titudes

  • Vos messages privés

    Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • soutien aux victimes d’Orlando

    soutien aux victimes d’Orlando

Etudiants vendéens relaxés pour injures homophobes, la loi vendéenne a parlée

Posté par gaytitudes le 10 septembre 2019

La-Roche-sur-Yon : douze étudiants vendéens relaxés pour injures homophobes, mais néanmoins condamnés

 

Une vingtaine de jeunes ont dégradé le stand LGBT à La Roche-sur-Yon, le 18 mai 2019 / © Capture d'écran Facebook Centre LGBT

Le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon a relaxé lundi douze étudiants accusés d’injures homophobes mais les a condamnés pour entrave à la liberté de réunion après la dégradation d’un stand LGBT en mai dernier lors de la journée de lutte contre l’homophobie dans la capitale vendéenne.

« Homo-folie, ça suffit » avaient scandé ces étudiants de l’Institut catholique d’enseignement supérieur (ICES) sur la place Napoléon, où un village associatif avait été monté le 18 mai à l’occasion d’une « journée de lutte contre l’homophobie et la transphobie ». L’un d’eux a par ailleurs été reconnu coupable de violences, deux de vol et dégradation d’un drapeau LGBT et un autre de dissimulation du visage.

Prison avec sursis

Au total, cinq de ces jeunes ont été condamnés à deux mois de prison avec sursis assortis d’heures de travail d’intérêt général (TIG) allant de 180 à 240 heures, et les sept autres ont été condamnés à 100 heures de TIG chacun.
  »Cette décision est satisfaisante à certains égards et je pense très dure à d’autres égards », a considéré Benoit Fleury, avocat de huit étudiants.
« Les injures n’ont pas été retenues », ce qui est pour Me Fleury un « grand motif de satisfaction » mais « les peines sont extrêmement lourdes pour un délit d’entrave ».

« Je pense qu’on interjettera appel », a-t-il déclaré. « Sachant que le parquet était à initiative des poursuites, nous souhaitons qu’il puisse interjeter appel de la relaxe sur les faits d’injures à raison de l’orientation sexuelle », a déclaré Jean-Bernard Geoffroy, qui défend notamment le centre LGBT.

Sophie Proquin-Salacroup, la présidente de ce centre dont le stand avait été ciblé, a regretté à l’issue de l’audience lundi qu’« il y ait des dommages et intérêts, mais nous on ne veut pas d’argent, on veut la reconnaissance que l’homophobie est
un délit ».

Quatre associations ont été indemnisées à hauteur de 500 euros au titre du préjudice moral.

Les douze jeunes étaient étudiants en économie et gestion d’entreprise, mathématiques, histoire et droit à l’ICES, fondé par Philippe de Villiers en 1985. Trois ont été exclus de l’établissement, dont deux de manière définitive.

Source : Ouest-France 09/09/2019

 

Publié dans associations ami, Associations Partenaires, Défense et droits LGBTI+, Les infos de la Gay Sphère | Pas de Commentaire »

Une femme trans reconnue victime de violences volontaires de la part de son voisin.

Posté par gaytitudes le 7 juillet 2019

Une femme trans reconnue victime de violences volontaires de la part de son voisin. dans associations ami
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Angers, le 25 juin 2019

Angers,

une femme trans reconnue victime de violences volontaires de la part de son voisin.
La circonstance aggravante de transphobie non retenue.

Mardi 25 juin 2019, le tribunal correctionnel d’Angers a condamné Louis-Marie VERRON pour violences volontaires à l’encontre d’une femme trans angevine. 
Les faits ont été requalifiés en régime contraventionnel et l’agresseur a été condamné à une amende de 150€.

Les faits remontent au 31 octobre 2017
En soirée, cette femme trans, accompagnée d’un ami voisin, attendait l’ouverture de sa porte de garage, quand un autre voisin de sa résidence arrivait à leur niveau. 
S’en suivait des propos transphobes à l’égard de la victime : « Je vais la niquer comme un bonhomme, puisque c’est un mec de toute façon. »
Propos confirmés par le témoin occupant la place de passager. 

Quelques minutes après, l’agresseur retrouvait les deux passagers dans le garage de leur résidence, déchargeant leurs courses.
La caméra de surveillance du sous-sol a filmé une scène rapide, au cours de laquelle l’agresseur s’attaquait physiquement par deux fois à la victime.
En la poussant violemment et la jetant au sol, la première fois, et en lui assénant un coup violent au visage la seconde fois, la faisant chuter pour la seconde fois.


Une victoire symbolique
Cette condamnation est une victoire modeste mais réelle pour cette femme qui avait connu le classement sans suite de sa plainte de la part du procureur d’Angers et de la procureure générale près la cour d’appel d’Angers.
La condamnation de cet agresseur, prononcée par le tribunal correctionnel, contredit totalement la version de la police, du procureur et de la procureur générale, qui eux donnaient foi à la version de l’agresseur selon laquelle la victime l’attendait avec une barre de fer. Ils estimaient que les coups portés par la voisin étaient proportionnés à la menace qu’aurait représenté une barre de fer.
Pourtant, la vidéo ne montre à voir aucune barre de fer, ni geste agressif de la victime envers qui que ce soit.

A Angers, la transphobie n’est toujours pas reconnue
Le fait que la circonstance aggravante de la commission des faits à raison de l’orientation sexuelle et l’identité de genre n’ait pas été retenue minimise la portée de l’agression subie par cette femme trans. Les propos rapportés par le témoin auraient dû permettre de qualifier les faits de transphobie.
Dans ces conditions, QUAZAR, qui s’était constitué partie civile à la demande la victime, a été déboutée

Courage et ténacité de la victime
QUAZAR tient a souligner tout particulièrement le courage et la ténacité de cette victime qui se bat depuis des années contre le ministère public, qui classe sans suite ses plaintes quand elle est injuriée ou agressée par son voisinage. Cette condamnation, bien que trop modeste, constitue la preuve que ce qu’elle dénonce est bien sa réalité quotidienne.

Le vendredi 7 juin dernier, la victime a été contrainte de poursuivre ce même voisin, Louis-Marie VERRON, face au refus du procureur d’Angers d’engager des poursuites pour deux affaires d’injure non publique, par voie de citation directe devant le tribunal de police d’Angers. Le 7 juin, elle a obtenu qu’il soit reconnu coupable pour la première affaire et condamné à 30€ d’amende. Il a été relaxé pour la seconde affaire.

Quand la transphobie va-t-elle être mise au tapis à Angers ?
Depuis ces faits, ce même voisin a récemment à nouveau provoqué et insulté cette femme trans devant leur résidence, déclarant la considérer comme un homme.
Une nouvelle plainte a été déposée par la victime avec cette fois une vidéo captant les propos tenus.

QUAZAR reste proche et au soutien de cette victime pour faire reconnaître et défendre ses droits contre la transphobie dans un parcours judiciaire dont elle doit décider de la suite à donner.

Source : 

Stéphane Corbin,
référent pôle juridique, défense des droits,
accompagnement des victimes
de Quazar, Centre LGBT d’Angers
06 22 09 09 66
droit-defense.victimes@quazar.fr
www.quazar.fr

Publié dans associations ami, Associations Partenaires, Communiqués, Défense et droits LGBTI+, Les infos de la Gay Sphère, Sexualité différente | Pas de Commentaire »

Le centre LGBT de Vendée victime d’homophobie

Posté par gaytitudes le 19 mai 2019

Le stand du centre LGBT de Vendée, installé place Napoléon à La Roche-sur-Yon pour la journée de lutte contre l’homophobie, samedi 18 mai a été bousculé par une quinzaine de jeunes, certains portant des vêtements à l’effigie de la « Manif pour tous ». Le procureur annonce l’ouverture d’une enquête.

 

La Roche-sur-Yon :

des jeunes militants homophobes s’en prennent au village du centre LGBT

de Vendée installé pendant la journée IDAHO sur la place Napoléon 

 

Un « groupe d’une vingtaine de jeunes extrémistes de la Manif pour tous » ont saccagé le stand du centre LGBT de Vendée, installé place Napoléon dans le centre-ville de La Roche-sur-Yon samedi 18 mai en début de soirée, rapporte l’association, vidéo à l’appui.

https://www.facebook.com/centrelgbtvendee/videos/443006336526844/?t=98

Ce samedi 18 mai 2019, pendant notre journée de lutte contre l’homophobie et la transphobie, un groupe d’une vingtaine de jeunes extrémistes de la Manif pour tous, a traversé violemment notre village en scandant « Homo-folie ça suffit » en arrachant drapeaux et ballons et en renversant des grilles d’exposition. Lors de ce passage, ils ont également bousculé des membres des associations partenaires présentes. 
La police ne prenant pas de plainte le week-end, le Centre LGBT ainsi que les associations partenaires vont déposer plainte dès lundi.

Nous appelons toute personne ayant assisté à la scène et souhaitant témoigner, à prendre contact avec le Centre LGBT par mail (centrelgbt85@gmail.com) ou par téléphone (07 83 33 33 83).

Sur la vidéo, on voit une quinzaine de jeunes personnes, certaines dissimulant leur visage, l’un d’entre eux arborant le logo de la Manif pour tous sur son sweat-shirt. Elles percent des ballons et renversent un panneau auquel est accroché un drapeau arc-en-ciel. L’un des agresseurs arrache ensuite le drapeau pour le jeter à terre.

Le procureur annonce l’ouverture d’une enquête

L’association annonce que « la police ne prenant pas de plainte le week-end, le Centre LGBT ainsi que les associations partenaires vont déposer plainte dès lundi ». Dimanche matin, sur Twitter, le procureur de La Roche-sur-Yon Hervé Lollic a annoncé ouvrir une enquête. 

Le centre LGBT de Vendée victime d'homophobie dans associations ami wFr8ToMy_normal

proc-larochesuryon@proclarochesur1

Le de ouvre une enquete sur ces faits pour en déterminer la nature juridique puis en identifier.le ou les auteurs et décider http://de.la  réponse judiciaire la plus adaptée

L’Institut catholique d’études supérieures (ICES) a réagi dès lundi 20 pour confirmer la rumeur circulant depuis la veille sur les réseaux sociaux: plusieurs des agresseurs, si ce n’est leur totalité, fréquentent ses bancs. Le président de l’école , Eric de Labarre, a annoncé que des sanctions « exemplaires » seront prises contre les

étudiants identifiés. Il a également dénoncé un acte de « bêtise« , « d’ignorance » et enfin « d’idéologie traduite en activisme politique« .

 

Mise a jour 22/05/2019     Source France soir

Publié dans associations ami, Associations Partenaires, Communiqués, Défense et droits LGBTI+, Les infos de la Gay Sphère | Pas de Commentaire »

12345
 

Chorale Harmonie |
COPROCôtes |
WHARMA Danses & Percuss... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Com'an nOu
| Maison Familiale Rurale de ...
| des jeunes européens se ren...