• Logo Gay'Titudes

  • Vos messages privés

    Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

  • soutien aux victimes d’Orlando

    soutien aux victimes d’Orlando

Turpitudes au Vatican

Posté par gaytitudes le 8 octobre 2020

Eglise catholique / Pédophilie

Procès de deux prêtres italiens au Vatican

Deux prêtres italiens doivent comparaître la semaine prochaine devant la justice vaticane, dans le cadre d’une affaire d’abus sexuels présumés sur un mineur dans une résidence de la Cité du Vatican, a indiqué mercredi le porte-parole du Saint-Siège.

Procès de deux prêtres italiens au Vatican - Eglise catholique / Pédophilie

Le tribunal de l’Etat du Vatican va juger le père Gabriele Martinelli (photo), soupçonné d’abus sexuels avant 2012, lorsqu’il était déjà un jeune séminariste autorisé néanmoins à vivre encore au « pré-séminaire Saint-Pie X », installé dans un palais tout près de la résidence du pape François dans la Cité du Vatican.

Le père Martinelli, âgé de 21 ans à l’époque des faits, avait été ordonné prêtre en 2017. Le père Enrico Radice, qui était recteur de l’hébergement au moment des faits présumés, est soupçonné de complicité pour avoir protégé le séminariste.

Les pensionnaires hébergés dans ce lieu sont des enfants et adolescents qui étudient dans une école privée dans le centre de Rome et participent comme enfants de choeur aux messes célébrées dans la basilique Saint-Pierre. Certains d’entre eux décident ensuite de devenir prêtres et d’étudier dans un séminaire.

La justice du Vatican avait déjà annoncé voici un an le renvoi en justice des deux Italiens.

En 2017, le livre « Péché originel » du journaliste italien Gianluigi Nuzzi avait raconté comment, au sein du pré-séminaire, un séminariste majeur aurait abusé sexuellement d’au moins un lycéen âgé de « 17 ou 18 ans » en 2011-2012, sous les yeux d’un témoin.

Ce témoin polonais, Kamil Tadeusz Jarzembowksi, a raconté que le séminariste venait régulièrement le soir dans sa chambre pour avoir des relations sexuelles avec son camarade de chambre, qui « se sentait obligé de céder à ses exigences » et n’était pas dans une relation amoureuse.

Le livre détaillait aussi les tentatives infructueuses de dénonciation auprès d’autorités ecclésiales du Polonais, qui avait vécu sur place de 13 à 18 ans jusqu’en 2014.

Fort de la confiance du recteur des lieux, le séminariste exerçait « une forme de pouvoir et d’intimidation » sur les plus jeunes, affirmait ce témoin.

« Je ne reproche pas à ces prêtres d’être homosexuels », déclarait ce Polonais, lui-même gay. « Tout cela est une vaste hypocrisie: dans la journée, ces gens sont homophobes, la nuit ils se déchaînent dans des discothèques gays », avait-il commenté.

Peu après la sortie du livre, la victime s’était finalement exprimée à visage caché dans une émission télévisée, racontant avoir été abusé sexuellement dès sa première année au pré-séminaire, à l’âge de 13 ans. Le jeune homme avait précisé que la même personne lui faisait parfois des propositions déplacées dans la basilique Saint-Pierre pendant des messes.

Rédaction avec AFP

E-llico.com / Actus

Quand nous apprenons l’entrée au séminaire de l’un de nos agresseurs de 2019 (saccage du village associatif le jour de la journée de lutte contre l’homophobie), nous sommes a même de nous questionner de leur motivation et leur frustration. 

Publié dans Actu LGBTI+ international, Communiqués, Défense et droits LGBTI+, Les infos de la Gay Sphère, Sexualité, Vie gay international | Pas de Commentaire »

1ère marches des fiertés Vendéenne

Posté par gaytitudes le 19 septembre 2020

Image may contain: text that says "1 ère MARCHE DES FIERTÉS vendéenne SAMEDI 10 OCTOBRE 2020 Départ 14h Place Napoléon, La Roche-sur-Yon Roche Centrea ON EST LÀ, ON A DES DROITS! ON EST FIER.E.S.X FAUT VOUS FAIRE! LA LGBTQ LGBTQ+PHOBIE N'EST PAS UNE OPINION, C'EST UN DÉLIT Prévention 9 L'évènement aura lieu dans erespect des gestes barrières. Masque oligatoire elhydralcoolique disposition 2M Distanciation sociale"

Publié dans Actualité du Centre LBGT de Vendée, associations ami, Associations Partenaires, Communiqués, Défense et droits LGBTI+, Les infos de la Gay Sphère, Présentation de l'Association Gay'titudes, Sexualité, Sexualité différente, Sorties conviviales mensuelles, Vie de Gaytitudes | Pas de Commentaire »

Prison avec sursis requise en appel contre 2 étudiants catholiques anti-LGBT

Posté par gaytitudes le 13 juin 2020

 

La-Roche-sur-Yon

Prison avec sursis requise en appel contre 2 étudiants catholiques anti-LGBT

Prison avec sursis requise en appel contre 2 étudiants catholiques anti-LGBT  - La-Roche-sur-Yon

En septembre 2019, douze étudiants à l’Institut catholique de Vendée (ICES) ont été jugés coupables de « délit d’entrave au droit de manifester », pour des faits perpétrés lors de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie, le 18 mai, place Napoléon, à La Roche-sur-Yon.

Dans plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, on pouvit voir un groupe de jeunes hommes en train de commettre des dégradations sur un stand du centre LGBT de Vendée, installé samedi sur la place Napoléon de La Roche-sur-Yon.

Certains portent un drapeau ou un sweat à l’effigie de La Manif pour tous et scandent « Homo-folie ça suffit ! ».

Tous les prévenus étaient des étudiants de l’ICES fondé par Philippe de Villiers en 1985, dont trois avaient été exclus de cet établissement, dont deux de manière définitive, suite à cet événement.

Les étudiants exclus avaient écrit à l’évêque de Luçon, également chancelier de l’ICES, pour le  »supplier » d’œuvrer à leur réintégration. Mais aux yeux de Mgr François Jacolin, les sanctions prononcées étaient  »justifiées et proportionnées à la gravité des fautes de chacun ».

Ces même étudiants comparaissaient mercredi 10 juin en appel devant le tribunal de Poitiers.

L’avocat général a requis des peines deux mois de prison avec sursis pour délits d’injure en raison de l’orientation sexuelle et entrave au droit de manifester assortis de 240 heures de travail d’intérêt général à l’encontre de deux prévenus et une centaine d’heures pour les autres.

« Quel que soit le résultat, c’est navrant de voir des jeunes imbriqués dans des combats rétrogrades, et qui les manifestent de manière totalement inappropriée », a déclaré  au quotidien Ouest-France l’avocat des associations qui se sont constituées parties civiles dans cette affaire: LGBT85, Aides, le Planning familial 85 et Trans Inter Action.

La cour d’appel doit rendre sa décision le 1er juillet prochain.

source: E-llico.com / Actus  le 12/06/2020

 

 

Publié dans Actu LGBTI+ international, Actualité du Centre LBGT de Vendée, Associations Partenaires, Communiqués, Défense et droits LGBTI+, Les infos de la Gay Sphère | Pas de Commentaire »

12345...14
 

Chorale Harmonie |
COPROCôtes |
WHARMA Danses & Percuss... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Com'an nOu
| Maison Familiale Rurale de ...
| des jeunes européens se ren...